Actualités, Education -

Sept établissements parisiens ont décidé de se regrouper pour constituer un troisième PRES dans la Capitale, après Université Paris Cité (1) et Paris Sorbonne (2). Celui-ci s’est baptisé HESAM » (pour « Hautes Etudes-Sorbonne-Arts et Métiers »).

Les 7 établissements concernés sont :

– le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM),
– l’École française d’Extrême-Orient (EFEO),
– l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS),
– l’École nationale supérieure des arts et métiers (Arts et métiers ParisTech),
– l’École pratique des hautes études (EPHE),
– l’École supérieure de commerce de Paris (ESCP Europe),
– l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

en association avec
– l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et d’autres partenaires qui n’ont pas encore confirmé.

L’un des projets majeurs de ce PRES serait de lancer un diplôme d’ingénieur en sciences sociales afin de « contribuer au rapprochement entre les sciences sociales et les sciences pour l’ingénieur, et avec le monde des entreprises ».

Le document diffusé par l’EHESS et téléchargeable ci-dessous précise que « l’engagement des établissements dans le PRES n’est en aucune façon exclusif des partenariats avec d’autres institutions, en France, en Europe et à l’international ». D’ailleurs l’Ensam est membre de ParisTech , tandis que Paris 1 et l’Ehess sont engagés dans dans le projet de Campus Condorcet.

On conçoit difficilement comment ces multi-appartenance vont s’articuler les unes avec les autres, notamment si l’un des buts du PRES est de valoriser la recherche et de mutualiser la promotion de ses membres à l’international (n’est-ce pas aussi le but de ParisTech ?).

Source: Observatoire Boivigny